Roman

Cette chose étrange en moi – Orhan Pamuk

product_9782070113682_195x320Comme tant d’autres, Mevlut a quitté son village d’Anatolie pour s’installer sur les collines qui bordent Istanbul. Il y vend de la boza, cette boisson fermentée traditionnelle prisée par les Turcs. Mais Istanbul s’étend, le raki détrône la boza, et pendant que ses amis agrandissent leurs maisons et se marient, Mevlut s’entête. Toute sa vie, il arpentera les rues comme marchand ambulant, point mobile et privilégié pour saisir un monde en transformation. Et même si ses projets de commerce n’aboutissent pas et que ses lettres d’amour ne semblent jamais parvenir à la bonne destinataire, il relèvera le défi de s’approprier cette existence qui est la sienne. En faisant résonner les voix de Mevlut et de ses amis, Orhan Pamuk décrit l’émergence, ces cinquante dernières années, de la fascinante mégapole qu’est Istanbul. Cette «chose étrange», c’est à la fois la ville et l’amour, l’histoire poignante d’un homme déterminé à être heureux.

J’ai abandonné Orhan Pamuk après la lecture de deux de ses romans: D’autres couleurs qui m’avait beaucoup ennuyé et Neige que j’avais trouvé très anxiogène, asphyxiant. Je le redécouvre avec son nouveau roman, nouveauté de la rentrée littéraire 2017, et je dois dire que je suis plus que ravie. J’ai, en effet, beaucoup aimé ce roman. Il est riche, généreux, intelligent, très bien pensé, écrit et construit. Les voix sont multiples, elles posent une dynamique au récit qui n’ennuie jamais. Le personnage principal, Mevlut, se révèle quant à lui très attachant. Sa bonté, sa sensibilité, sa fidélité, son humanité et son attachement à son activité pourtant concurrencée par la modernité m’ont quelque peu attendrie, en effet. J’ai aimé son histoire, j’ai aimé l’accompagner dans les rues d’Istambul. Kurde de Turquie, je ne me suis pas sentie étrangère au monde décrit. Je me suis retrouvée « chez moi », dans un environnement social et culturel familier. C’était, pour moi, chaleureux. Et en plongeant dans la petite histoire de Mevlut et d’Istambul, c’est celle de la Turquie que j’ai relu. Très bien pensé, ce roman est, pour moi, une petite pépite dorée qui me « réconcilie » avec Orhan Pamuk. Son talent prouvé et apprécié, je lirais d’autres de ses œuvres passées.

Note: 5/5

Roman envoyé par Gallimard en partenariat avec Babelio.

Cette chose étrange en moi, Orhan Pamuk, Gallimard, 688p, 25€

Mots-clefs :, , , , ,

A propos de Heval Kani

Passionnée par la littérature, je partage ici et avec vous mes goûts et mes couleurs, en espérant découvrir ceux de mes visiteurs qui m'aideront ainsi à varier les tons et les impressions.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Ponoursland |
Ma vie d'élue |
Troublecanceller |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passages de Lumière
| Cousinade 1er mai
| CENTRE DE FORMATION AUX FOR...