Autobiographie, Emprunté, Roman

Marx et la poupée – Maryam Madjidi

téléchargement (1)Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets – donnés aux enfants de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes -, l’effacement progressif du persan au profit du français qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrée de longues années sa langue natale. Dans ce récit qui peut être lu comme une fable autant que comme un journal, Maryam Madjidi raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, rempart, moyen de socialisation, et même arme de séduction massive.

Ce texte est un petit bijou. Original dans sa construction, il l’est aussi dans son écriture. Elle est d’une beauté, d’une poésie, d’une élégance; elle est d’une délicatesse et d’une finesse, elle est raffinée, très agréable à lire et à entendre. Et c’est l’exil qu’elle écrit, c’est un drame de la vie qu’elle expose. On s’y retrouve forcément quand on est, comme l’auteure, fille de réfugiés politiques; quand on a, comme elle, grandi dans un entre-deux; quand on a, comme elle, évolué dans un monde tiraillé par deux cultures. Les enfants d’immigrés et de réfugiés le savent: ils n’ont pas de « chez-nous ». Éternels étrangers – étrangers dans le pays d’origine, étrangers dans le pays d’accueil- leur pays c’est l’exil; un espace intermédiaire, un « entre-deux » qui n’est pas sans poser quelques difficultés. Maryam Madjidi l’évoque brillamment. Il y a, dans son récit, une douceur dans la douleur, une tendresse dans la tristesse. Il y a plein d’amour et de nostalgie. Il y a tous ces sentiments, ces émotions qui font la vie de l’exilé(e); leur rapport à l’identité, à la langue, à la culture. J’ai beaucoup aimé. C’est forcément à conseiller.

Note: 5/5

Marx et la poupée, Maryam Madjidi, Le nouvel Attila, 208p, 18€

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

A propos de Heval Kani

Passionnée par la littérature, je partage ici et avec vous mes goûts et mes couleurs, en espérant découvrir ceux de mes visiteurs qui m'aideront ainsi à varier les tons et les impressions.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Ponoursland |
Ma vie d'élue |
Troublecanceller |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passages de Lumière
| Cousinade 1er mai
| CENTRE DE FORMATION AUX FOR...