Emprunté, Roman

Voici venir les rêveurs – Imbolo Mbue

9782714470997Drôle et poignante, l’histoire d’une famille camerounaise émigrée à New York. Porté par une écriture à la fraîcheur et à l’énergie exceptionnelles, un roman plein de générosité, d’empathie et de chaleur sur le choc des cultures, les désenchantements de l’exil et les mirages de l’intégration. Un pur joyau, par une des nouvelles voix afropolitaines les plus excitantes du moment. L’Amérique, Jende Jonga en a rêvé. Pour lui, pour son épouse Neni et pour leur fils Liomi. Quitter le Cameroun, changer de vie, devenir quelqu’un. Obtenir la Green Card, devenir de vrais Américains. Ce rêve, Jende le touche du doigt en décrochant un job inespéré : chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier à la Lehman Brothers. Au fil des trajets, entre le clandestin de Harlem et le big boss qui partage son temps entre l’Upper East Side et les Hamptons va se nouer une complicité faite de pudeur et de non-dits. Mais nous sommes en 2007, la crise des subprimes vient d’éclater. Jende l’ignore encore : en Amérique, il n’y a guère de place pour les rêveurs…
J’ai rencontré ce livre sur Instagram où nombreuses sont les personnes qui l’ont présenté en termes élogieux. Forcément, et comme d’habitude, j’ai été prise de curiosité. Je sais, pourtant, que les coups de cœur de la « majorité visible » ne sont pas toujours les miens mais je continue, tout de même, à être influencée et à être déçue. Ainsi en est-il avec ce roman qui ne peut être, pour moi, un coup de coeur; la faute à l’écriture qui ne se révèle pas forcément brillante, la faute à l’histoire qui tire en longueur. Ce livre, beaucoup trop long, est agréable à lire, certes, mais ennuie aussi. Il ennuie parce qu’il ne parvient pas à écrire la nouveauté. La description des loups de Wall Street et l’évocation, en parallèle, de l’immigration notamment venue de l’Afrique noire ne surprennent guère, en effet. C’est toujours la férocité et la sauvagerie du capitalisme financier, le désespoir et la misère vécus par les plus pauvres notamment les immigrés; c’est leurs rêves, leurs désirs, leurs espoirs, leurs volontés qui sont toujours évoqués. C’est l’injustice qui domine dans ce pays où le rêve américain autorise la soumission au travail. L’analyse, bien que vieille, reste intéressante lorsqu’elle est bien inspirée, bien interprétée par l’histoire racontée; histoire qui s’est ici malheureusement essoufflée.
Note: 3/5

Voici venir les rêveurs, Imbolo Mbue,Belfond, 300p, 22€

Mots-clefs :, , , , , , ,

A propos de Heval Kani

Passionnée par la littérature, je partage ici et avec vous mes goûts et mes couleurs, en espérant découvrir ceux de mes visiteurs qui m'aideront ainsi à varier les tons et les impressions.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Ponoursland |
Ma vie d'élue |
Troublecanceller |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passages de Lumière
| Cousinade 1er mai
| CENTRE DE FORMATION AUX FOR...