Enquête

Triple assassinat au 147, rue La Fayette – Laure Marchand

9782330068899Dans le 10e arrondissement de Paris, derrière la lourde porte du 147 rue La Fayette, se trouve un crime impuni, protégé par la raison d’Etat. Le 9 janvier 2013, trois femmes kurdes ont été tuées au premier étage de l’immeuble, dans un petit appartement. Elles ont été exécutées de plusieurs balles dans la tête. Sakine Cansiz était une des fondatrices de la guérilla kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et avait créé la branche des femmes de l’organisation; Fidan Dogan était en charge du lobbying du mouvement en France et Leyla Saylemez était une jeune militante. Depuis trois ans, les éléments à charge contre les services secrets turcs, suspectés d’avoir commandité leur exécution, se sont accumulés sur le bureau de la juge d’instruction qui a bouclé son enquête. Mais un seul accusé, Ömer Güney, sera jugé lors du procès en assises qui s’ouvrira à Paris en décembre 2016. Malgré des faits accablants, les autorités politiques françaises ne réclament aucun compte à la Turquie. Alors que le courage des combattantes kurdes du PKK contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie est salué dans le monde entier, la mort de leurs camarades en plein Paris est recouverte d’un linceul de silence. Car les autorités françaises ont choisi de renforcer leur alliance stratégique avec Ankara. Faisant fi de leurs engagements à lutter contre le terrorisme. L’instruction a conclu que Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez avaient été victimes d’un « acte terroriste ». Sur le sol français, cyniquement, les victimes du terrorisme n’ont donc, à l’évidence, pas toute la même valeur.Pendant plusieurs mois, j’ai enquêté dans plusieurs pays et j’ai eu accès à des sources turques et françaises inédites qui m’ont permis d’établir des liens entre le suspect numéro 1 et le MIT, les services secrets turcs.

Mon mari et moi hésitions à acheter ce livre. Nous pensions ne rien apprendre de lui, ayant suivi l’affaire avec attention. Nous préférions donc l’emprunter auprès de la bibliothèque mais une jeune femme pétillante, militante kurde rencontrée grâce à Instagram, a décidé de nous l’offrir. Nous la remercions pour ce geste adorable qui m’a permis d’en apprendre davantage. Ce sont des détails mais ils ont leur importance et ils me permettent de vous conseiller ce livre qui ne peut qu’éclairer celles et ceux qui ne savent rien sur le sujet. Le sujet, c’est – le titre l’indique – l’assassinat de trois militantes kurdes le 09 janvier 2013 à Paris; triste jour de deuil, un de plus, pour les Kurdes. Laure Marchand écrit tout sur cette affaire: qui sont les jeunes militantes, où et comment elles ont été tuées, qui est soupçonné de leur assassinat, qui sont les probables commanditaires… Elle dit la réticence de la Turquie à collaborer, la lâcheté de la France qui refuse de s’impliquer. Elle dit ce que les Kurdes savent déjà. Et je dois dire que la lassitude, la déception, le désarroi sont encore là.

En lisant ce livre, la douleur est remontée. Les larmes n’ont pas coulées mais mon coeur, lui, a saigné. Comme pour beaucoup de Kurdes, l’assassinat de ces militantes en plein Paris m’a bouleversé, secoué. J’ai pleuré leur mort à chaudes larmes ce 09 janvier 2013. Habituée pourtant à la triste actualité des Kurdes, toujours confrontés à la mort en Iran, en Syrie et encore aujourd’hui en Turquie, j’ai eu du mal à encaisser, à accepter leur assassinat. Sans doute parce qu’il a eu lieu en France? Je ne suis pourtant pas naïve. Je sais que les assassinats politiques peuvent se faire sans impunité en France mais que voulez-vous, savoir est une chose, le vivre et le confirmer, par ricochet, en est une autre. Voir un gouvernement prétendu de gauche courber l’échine devant le régime turc, voir la France nier ses valeurs – composantes apparemment essentielles de son identité – pour quelques intérêts politiques et économiques, c’est, encore une fois, et comme d’habitude, vivre une effroyable déception, tuer le peu d’espoir qu’il peut rester en la Justice. C’est la colère qui remonte, le désespoir qui refait surface. C’est une véritable détestation de la politique telle qu’elle est exercée dans ce monde où la justice et la démocratie sont encore et toujours, pour les plus démunis, un idéal à atteindre par une lutte acharnée permanente. Que l’on soit pour ou contre les activités militantes de ces femmes, peu importe, elles ne méritent pas la mort. Se taire devant l’inconcevable, devant l’inacceptable, par pure lâcheté, ou par intérêt, c’est participer à la mise à mort, c’est la confirmer, c’est l’accepter. C’est avoir une responsabilité. Au gouvernement français de l’assumer.

Note: 5/5

Triple assassinat au 147, rue La Fayette, Laure Marchand, Acte Sud, 192p, 19€

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

A propos de Heval Kani

Passionnée par la littérature, je partage ici et avec vous mes goûts et mes couleurs, en espérant découvrir ceux de mes visiteurs qui m'aideront ainsi à varier les tons et les impressions.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Ponoursland |
Ma vie d'élue |
Troublecanceller |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passages de Lumière
| Cousinade 1er mai
| CENTRE DE FORMATION AUX FOR...