Essai, Temoignage

Les revenants – David Thomson

134939_couverture_Hres_0Depuis 2012, des centaines de Français sont partis rejoindre des groupes jihadistes en Syrie. Plus de 600 sont toujours sur place, près de 150 ont déjà été tués, mais au moins 250 ont choisi de rentrer. David Thomson a rencontré ces « revenants ». Bilel, Yassin, Zoubeir, Lena… Tous ont des profils différents. Certains sont revenus dégoûtés de la violence du champ de bataille syrien, voire des attentats qui ont endeuillé la France, et cherchent à se faire oublier, dans une liberté très surveillée. D’autres reviennent gravement blessés ou psychologiquement détruits. D’autres encore sont en prison, où leur regroupement pose de nouveaux problèmes qui semblent aujourd’hui insolubles. Certains, enfin, sont de retour pour continuer le jihad sur notre sol. Dans le plus grand secret, David Thomson a recueilli leurs témoignages. Il y a urgence.

Depuis l’apparition de Daesch, depuis les attentats commis par ses fidèles sur le territoire national, politiques, journalistes et spécialistes auto-proclamés font le diagnostic: le danger islamiste court dans le pays. Qui? Pourquoi? Comment? Les questions fusent. Les esprits responsables essayent de comprendre pour armer la République contre ses propres citoyens. Comment la sauver, la protéger, en effet, des attaques perpétrées par des nationaux à l’intérieur de son territoire? Tous s’accordent: il faut être dans l’action et la prévention. Autrement dit, il faut empêcher la radicalisation des esprits sains et assurer la dé-radicalisation de celles et ceux qui sont touchés par le fléau. Le virus est détecté, le diagnostic est posé, les remèdes sont recherchées: qui propose l’enfermement des fiché(e)s, qui veut les réinsérer par une entreprise floue dans la réalité qu’ils auraient abandonnée. Et tous demandent si ses solutions sont efficaces. Peut-on, en effet, lutter contre la radicalisation de la pensée? Peut-on la dé-radicaliser quand elle est constatée?

Après quelques essais, la réponse est formulée, l’échec est avoué: la dé-radicalisation ne peut fonctionner pour celles et ceux qui sont persuadés de penser bon et juste, pour ces individus qui croient profondément en leurs idées, qui pensent détenir la vérité et qui ne peuvent lire le monde qu’à partir de leur grille de lecture. L’échec n’était-il pas, dès le départ, évident? Fallait-il autant de temps pour invalider la démarche? Il fallait, à mon sens, avant toute entreprise de dé-radicalisation, poser et répondre à quelques questions qui me semblent essentielles: qu’est-ce qu’une pensée radicalisée? Par ricochet, qu’est-ce qu’une pensée non-radicalisée? Comment passe-t-on de l’une à l’autre? Qui peut juger de cette radicalisation? Qui est légitime pour le faire? La réponse à ces questions aurait, j’en suis persuadée, évité le temps perdu. Elle leur aurait permis de voir, en effet, que la conviction est difficile à ébranler, qu’un raisonnement lorsqu’il se croit juste ne parvient pas à se détendre avec des contres-arguments, que la chose n’est possible que pour celles et ceux qui sont prêts à échanger, discuter, débattre. Pour les autres qui sont dans une confrontation pure avec leurs « adversaires », leurs « ennemis », le changement n’est guère possible, encore moins quand il est proposé par ces mêmes « contradicteurs ».

Le livre de David Thomson le montre d’ailleurs parfaitement. Il révèle également la complexité du phénomène, la difficulté à élaborer un profil pour ces personnes qui épousent le djihadisme. Les responsables, intellectuelles et politiques, veulent savoir qui, pourquoi, comment et, à cette fin, observent et étudient ces hors-la-loi mais, malheureusement, si les protagonistes ont quelques points communs, il n’est guère possible de les confondre dans un profil unique.

Ce livre, à lire absolument pour sortir de l’ignorance crasse dont sont imprégnées les « têtes » (journalistes, intellectuels, politiques) en France, a raison d’être, d’exister. David Thomson a fait ce qu’il fallait exactement faire pour se rendre compte des erreurs commises, pour éviter les pensées et jugements erronées: il a interrogé les acteurs mêmes du terrorisme, les a approché pour nous révéler, dévoiler leurs être, leur façon d’être dans ce monde. Ils sont répugnant mais ils sont. Ils existent sur cette terre et, sauf cas d’exception, ils ne peuvent être considérés comme des brebis égarés parmi les loups. Ils sont les loups.

Note: 4/5

Les revenants, David Thomson, Seuil, 304p, 19.50€

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , ,

A propos de Heval Kani

Passionnée par la littérature, je partage ici et avec vous mes goûts et mes couleurs, en espérant découvrir ceux de mes visiteurs qui m'aideront ainsi à varier les tons et les impressions.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Ponoursland |
Ma vie d'élue |
Troublecanceller |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passages de Lumière
| Cousinade 1er mai
| CENTRE DE FORMATION AUX FOR...