Emprunté, Essai

Terreur dans l’hexagone – Gilles Kepel & Antoine Jardin

terreurdanslhexagonePendant les dix ans qui séparent les émeutes de l’automne 2005 des attentats de 2015 contre Charlie Hebdo puis le Bataclan, la France voit se creuser de nouvelles lignes de faille. La jeunesse issue de l’immigration postcoloniale en constitue le principal enjeu symbolique. Celle-ci contribue à la victoire de François Hollande aux élections de 2012. Mais la marginalisation économique, sociale et politique, entre autres facteurs, pousse certains à rechercher un modèle d’«islam intégral» inspiré du salafisme et à se projeter dans une «djihadosphère» qui veut détruire l’Occident «mécréant». Le changement de génération de l’islam de France et les transformations de l’idéologie du djihadisme sous l’influence des réseaux sociaux produisent le creuset d’où sortiront les Français exaltés par le champ de bataille syro-irakien. En 2015, plus de huit cents d’entre eux le rejoignent et plus de cent trente y trouvent la mort, sans compter ceux qui perpètrent leurs attentats en France. Dans le même temps, la montée en puissance de l’extrême droite et les succès électoraux du Front national renforcent la polarisation de la société, dont les fondements sont aujourd’hui menacés de manière inédite par ceux qui veulent déclencher, dans la terreur et la désolation, la guerre civile. C’est à dénouer les fils de ce drame qu’est consacré ce livre.

Est-ce que ça vous arrive de lire et de ne pas savoir quoi dire, quoi penser de votre lecture? Est-ce que ça vous arrive, à vous, de rester coi? sans argument? de ne pas pouvoir disposer de sens critique pour discuter avec l’auteur? Eh bien, j’en suis là. Je ne sais pas quoi dire de cet essai, je ne sais pas quoi commenter. Le style? Est-ce bien important eu égard au contenu. Le contenu? Oui mais que dire? Gilles Kepel conteste, dénonce, affirme, explique, analyse et que puis-je y dire? Il a raison quand il écrit qu’une bataille d’influence se joue au sein du « monde islamique », qu’une affirmation identitaire de plus en plus virulente tente de s’affirmer, de s’imposer en France et ailleurs, qu’un discours rigoriste – salafiste, disent-ils – entend gagner les esprits et le terrain, que le discours victimaire est utilisé par les protagonistes pour mieux « dresser » une communauté religieuse unie qui n’existe pas encore. Il a raison de dire qu’extrême-droite française et salafisme se répondent; que le rejet de l’un nourrit l’influence de l’autre; que la stigmatisation des musulmans ou de citoyens qu’on estime comme tel ne fait qu’appuyer et donner sens au discours salafiste qui a besoin du sentiment d’injustice pour rallier des individus indignés à sa cause. Il a raison de dénoncer les politiques qui ne savent rien, ne comprennent rien et qui instrumentalisent à des fins électorales; il a raison de dire que les autorités françaises sont complètement à l’ouest quant il s’agit du sujet évoqué. Et après? Je n’ai personnellement rien appris. Le conseillerais-je? Oui pour toutes celles et ceux qui ne connaissent et/ou ne comprennent pas le sujet; qui n’ont pas vécu dans un quartier et qui ne peuvent donc témoigner de la transformation qu’il y a pu y avoir lieu.

Note: 3/5

Terreur dans l’hexagone, Gilles Kepel & Antoine Jardin, Gallimard, 352p, 21€

Mots-clefs :, , , , , ,

A propos de Heval Kani

Passionnée par la littérature, je partage ici et avec vous mes goûts et mes couleurs, en espérant découvrir ceux de mes visiteurs qui m'aideront ainsi à varier les tons et les impressions.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Ponoursland |
Ma vie d'élue |
Troublecanceller |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passages de Lumière
| Cousinade 1er mai
| CENTRE DE FORMATION AUX FOR...